M. Fort est resté 21 ans à la tête de la mairie des Avirons.

Il est élu en février 1962 au siège d'Adrien Cadet ainsi qu'au Conseil général. Homme entreprenant, son action a été importante : il a axé, comme ses prédécesseurs, sa politique sur la modernisation, le développement et le désenclavement de la commune. Pendant son mandat, les Avirons sont sortis de leur isolement et l'aménagement du Tévelave a commencé.
C'est dans ses discours d'inauguration de la Foire-Exposition agricole du 3 et 4 décembre 1966 que Henri Fort va résumer la politique engagée par la commune depuis 1962 et qu'il exposera à ses administrés ses futurs projets.


La commune a mené une politique de grands travaux qui ont démarré véritablement en 1964. Une nouvelle mairie a été construite. La commune a acheté des terrains, construit un dispensaire, embelli les squares, les jardins et le cimetière, entrepris la modernisation de certains chemins communaux (Dozinval, Nativel, Cendrine et « La Brune », et l'allée du cimetière) ainsi que la construction de 860 mètres de trottoirs le long de la route départementale.

Dans le domaine scolaire, l'effort a été important: en 1964 a été inauguré le Groupe Scolaire de l'École des Filles du Centre qui comptait 14 classes dont trois maternelles ; deux classes ont été construites à la Ravine Sèche ; la restauration des élèves a été aussi une préoccupation essentielle puisqu'une cantine scolaire sert, en 1966, 950 repas par jour.

Le réseau électrique du Tévelave a été étendu. Ce réseau, qui était constitué de deux lignes de Haute Tension, a été installé sur un crédit FIDOM par la SPIE ; il a été inauguré par le préfet Jean Vaudeville, le dimanche 4 décembre 1966.

En 1966, les projets du maire et de son conseil municipal sont nombreux et ambitieux : "aménagement de plateaux d'éducation physique, construction de l'École annexe du Bourg et de l'École du Centre, alimentation en eau potable du Tévelave, vestiaire et logement de fonction à la Maison des Jeunes et de la Culture, modernisation du chemin de liaison Bras-Sec-Tévelave. Plus tard viendront s'ajouter un marché, une gendarmerie, un bureau de la Caisse de Crédit Agricole, un bureau des Postes et une piscine."

Malgré une aide extérieure considérable, la commune participe activement à ces travaux : "Tout ceci, en dépit de l'aide financière appréciable que nous consentent le FIDOM, les Services Techniques et le Département, se répercute lourdement sur le budget communal et oblige la commune à recourir à des emprunts qui, de 17 669 486 francs en 1962 sont passés à 61 617 137 francs en 1966 pour une dépense globale de 234 914 665 francs."